Les accords internationaux relatifs aux ingénieurs

Les sites Web suivants fournissent des informations sur les accords internationaux relatifs aux ingénieurs :

Les liens ci-dessus sont des accords entre les organisations nationales d’ingénierie et plusieurs pays, concernant les programmes d’ingénierie académique.

ACCORD DE WASHINGTON

L’ACCORD DE WASHINGTON EST UN ACCORD INTERNATIONAL ENTRE LES ORGANISMES CHARGÉS D’ACCRÉDITER LES PROGRAMMES DE DIPLÔME D’INGÉNIEUR.

Signé à l’origine en 1989, l’Accord de Washington est un accord multilatéral  entre les organismes responsables de l’accréditation ou de la  reconnaissance des qualifications d’ingénieur de niveau supérieur au sein de leurs juridictions qui ont  choisi de travailler collectivement pour faciliter la mobilité des ingénieurs professionnels.

Comme pour les autres accords, les  signataires se sont engagés à développer et à reconnaître les bonnes pratiques dans la formation en ingénierie. Les activités des signataires de l’Accord (par exemple, l’élaboration d’exemples de  profils de diplômés de certains types de diplômes) visent à accompagner la mondialisation croissante   de la reconnaissance mutuelle des diplômes d’ingénieur. L’Accord de Washington est spécifiquement  axé  sur les programmes universitaires qui traitent de la pratique de l’ingénierie au niveau professionnel.

L’Accord  reconnaît que l’agrément des programmes d’études en génie est un fondement essentiel de la pratique du génie au niveau professionnel dans chacun des pays ou territoires visés par l’Accord.

L’Accord énonce la reconnaissance mutuelle, entre les organismes participants, des programmes de diplôme d’ingénieur accrédités. Il établit et compare également la norme pour la formation professionnelle en ingénierie à travers ces  organismes. .

Actuellement, il y a vingt signataires qui composent l’Accord de Washington.

Il existe également huit organisations, qui détiennent le statut de signataire provisoire

Télécharger :  L’Accord de Washington (pdf)

 

ACCORD DE L’APEC


L’ ACCORD DE L’APEC RECONNAÎT L’ ÉQUIVALENCE SUBSTANTIELLE DES NORMES DE COMPÉTENCE POUR LES INGÉNIEURS PROFESSIONNELS AU SEIN DES ÉCONOMIES DE L’ APEC

L’accord de l’APEC est en place entre un certain nombre de pays de l’APEC dans le but de reconnaître une « équivalence substantielle » des compétences professionnelles en ingénierie. Les pays de l’APEC peuvent demander à devenir membres de l’accord en démontrant qu’ils disposent de systèmes permettant d’évaluer la compétence des ingénieurs conformément à la norme internationale convenue définie par l’accord d’ingénieur de l’APEC.

L’inscription au registre IPER auprès de l’APEC Engineer garantit que les ingénieurs professionnels ont la possibilité de faire reconnaître leur statut professionnel dans la région de l’APEC, contribuant ainsi à la  mondialisation  des services professionnels d’ingénierie. Ceci est particulièrement avantageux pour les firmes d’ingénierie qui fournissent des services à d’autres économies de l’APEC, mais cela ajoute également de la valeur aux personnes qui peuvent souhaiter, à un moment donné, travailler dans ces économies.

Chaque économie membre de l’accord APEC s’est engagée à ce que l’évaluation supplémentaire requise pour être inscrite au registre local des ingénieurs professionnels soit réduite au minimum pour les personnes inscrites dans le cadre de l’accord d’ingénieur APEC.

ACCORD IPEA


L’ INTERNATIONAL PROFESSIONAL ENGINEERS AGREEMENT RECONNAÎT L’ ÉQUIVALENCE SUBSTANTIELLE DES NORMES ÉTABLISSANT LA COMPÉTENCE DES INGÉNIEURS PROFESSIONNELS POUR LA PRATIQUE INDÉPENDANTE

Anciennement connu sous le nom d’Engineers Mobility Forum (EMF), l’International Professional Engineers Agreement (IPEA) est un accord multinational entre les organisations d’ingénieurs des juridictions membres qui crée le cadre pour l’établissement d’une norme internationale de compétence pour l’ingénierie professionnelle, et autorise ensuite chaque organisation membre à créer une section du registre international des ingénieurs professionnels.

La norme de compétence appliquée est la même que pour la convention d’ingénieur APEC. La plupart des membres de l’APEC sont également membres de l’accord IPEA, mais ce dernier est véritablement mondial, de sorte que des pays comme le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Afrique du Sud sont devenus membres de l’IPEA même s’ils ne peuvent pas adhérer à l’accord APEC.

ACCORD IETA


L’ ACCORD INTERNATIONAL SUR LES TECHNOLOGUES EN GÉNIE PERMET LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DE L’ ÉQUIVALENCE SUBSTANTIELLE DES NORMES ÉTABLISSANT LA COMPÉTENCE DES TECHNOLOGUES EN GÉNIE EN EXERCICE .

Grâce à l’Accord international sur les technologues en ingénierie (IETA), les membres visent à faciliter la pratique transfrontalière des technologues en ingénierie expérimentés en établissant un cadre pour leur reconnaissance basé sur la confiance dans l’intégrité des systèmes d’évaluation nationaux, garantis par une inspection et une évaluation mutuelles continues des ces systèmes.

L’IETA fournit donc un cadre dans lequel l’organisme responsable approprié dans une économie peut, dans la mesure où il le juge approprié, reconnaître l’équivalence substantielle de la compétence professionnelle et du statut des technologues en ingénierie expérimentés agréés, enregistrés, certifiés ou autrement jugés admissibles à une pratique indépendante dans une autre économie au sein de laquelle les organisations signataires ont leur place.

Les membres notent qu’un tel enregistrement ne sera efficace que si les organismes responsables dans les économies concernées acceptent la validité des procédures et des critères par lesquels l’équivalence substantielle est établie, et rationalisent les procédures d’octroi de droits d’exercice dans leurs économies aux déclarants appliquant par le biais de ce mécanisme.

Les membres feront donc de leur mieux pour s’assurer que les organismes responsables des économies dans lesquelles ils ont un statut utilisent le registre international comme base sur laquelle rationaliser les procédures à adopter pour traiter les demandes des déclarants basés dans les économies concernées.

.

ACCORD AIET


L’ACCORD POUR LES TECHNICIENS EN INGÉNIERIE INTERNATIONAUX ÉTABLIT UNE NORME DE COMPÉTENCE INTERNATIONALE DE RÉFÉRENCE POUR LES PERSONNES EXERÇANT EN TANT QUE TECHNICIENS EN INGÉNIERIE PLEINEMENT QUALIFIÉS.

Un accord a été signé à l’IEAM 2015 pour les Techniciens d’Ingénieurs Internationaux. L’AIET reconnaît que les compétences d’un technicien en exercice sont équivalentes à d’autres qualifications et fournit un cadre pour la reconnaissance de l’équivalence substantielle des normes et des systèmes d’assurance qualité.

La nouvelle entente facilitera la reconnaissance de l’équivalence au niveau du technicien en exercice, c’est-à-dire que ce sont des personnes individuelles et non des qualifications qui sont considérées comme répondant à la norme de référence. Le concept de cet accord est qu’une personne reconnue dans un pays comme atteignant la norme internationale de compétence convenue ne devrait être évaluée que de manière minimale (principalement pour ses connaissances locales) avant d’obtenir l’enregistrement dans un autre pays partie à l’accord.

ACCORD DE SYDNEY


L’ACCORD DE SYDNEY EST UN ACCORD INTERNATIONAL ENTRE LES ORGANISMES CHARGÉS D’ACCRÉDITER  LES PROGRAMMES UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE DE L’INGÉNIERIE .

L’Accord de Sydney a été signé en juin 2001, par sept signataires fondateurs représentant ; Australie, Canada, Hong Kong, Irlande, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Afrique du Sud.

Comme pour les autres accords, les  signataires se sont engagés à développer et à reconnaître les bonnes pratiques dans la formation en ingénierie. L’Accord de Sydney est spécifiquement  axé  sur les programmes universitaires traitant de la technologie de l’ingénierie.

L’Accord reconnaît que l’accréditation de ces programmes universitaires est une base clé pour la pratique de la technologie du génie dans chacun des pays ou territoires couverts par l’Accord.

Il reconnaît l’importance des rôles des technologues en ingénierie  dans le cadre d’une équipe d’ingénierie plus large. Même si le terme technologue en génie est utilisé  tout au long de , il faut garder à l’esprit que ceux-ci sont souvent appelés différemment dans les juridictions spécifiques. Il comprend également des rôles tels que; technologues en sciences appliquées ou certifiés  , qui peuvent également être appelés  ingénieurs associés ou incorporés.

Actuellement, il y a onze  signataires qui composent l’Accord de Sydney.

Il existe également deux organisations, qui ont le statut de signataire provisoire.

SIGNATAIRES


LES SIGNATAIRES ONT TOUS LES DROITS DE PARTICIPATION À L’ ACCORD

Les qualifications accréditées ou reconnues par d’autres signataires sont reconnues par chaque signataire comme étant substantiellement équivalentes aux qualifications accréditées ou reconnues dans sa propre juridiction.

LES SIGNATAIRES PROVISOIRES SONT RECONNUS COMME AYANT MIS EN PLACE DES SYSTÈMES ET DES PROCESSUS APPROPRIÉS POUR ÉVOLUER ET DEVENIR UN SIGNATAIRE À PART ENTIÈRE

COMMENT S’INSCRIRE


LES SIGNATAIRES SONT DES AUTORITÉS, DES AGENCES, DES ORGANES OU DES INSTITUTIONS. ILS DOIVENT ÊTRE INDÉPENDANTS DES ÉTABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES OFFRANT DES PROGRAMMES AGRÉÉS DANS LEUR JURIDICTION.

Les signataires doivent être  indépendants des établissements universitaires offrant des programmes accrédités ou reconnus dans leur juridiction. Ils doivent également être une autorité, une agence ou une institution représentative de la profession d’ingénieur qui a l’autorité légale ou reconnue d’agréer les programmes.Ils doivent être représentatifs de la profession d’ingénieur et avoir le pouvoir ou l’autorité statutaire d’agréer les programmes d’études universitaires.

Les candidats souhaitant devenir signataires doivent d’abord contacter le secrétariat.

Le secrétariat (sur présentation de la documentation préliminaire sur son système d’accréditation/reconnaissance ainsi que des frais appropriés) présentera la demande au Comité exécutif. Un service de mentorat est disponible si le candidat souhaite en faire usage. Alternativement, le comité exécutif peut désigner une équipe de deux ou trois signataires en tant que mentors pour aider le candidat à progresser vers le statut provisoire.

Les demandes d’admission doivent être accompagnées des candidatures de deux signataires pouvant attester que le candidat remplit les conditions requises pour le statut provisoire. Les détails du contenu requis dans une demande de statut de signataire provisoire sont fournis dans la section C des règles et procédures.

Un signataire provisoire est un organisme qui a démontré qu’il dispose d’un système d’  accréditation/reconnaissance conceptuellement similaire aux  signataires, ils n’ont aucun des droits ou devoirs des signataires. Les organisations qui détiennent des signataires provisoires sont censées œuvrer à l’atteinte de la reconnaissance en tant que signataire à part entière. Les organismes signataires à part entière sont actifs pour aider les signataires provisoires à atteindre cet objectif grâce à la fourniture d’un mentorat.

Le demandeur doit fournir des documents à l’appui de sa demande et se présenter devant une réunion de tous les signataires pour présenter sa demande de statut de signataire provisoire. L’approbation du statut provisoire doit être unanime.

L’adhésion provisoire dure généralement de 2 à 4 ans. Les membres provisoires doivent être soutenus par au moins un mentor pendant cette période. Lorsqu’il est considéré comme prêt, le demandeur peut alors demander le statut de signataire à part entière. Le processus d’évaluation du membre provisoire sera alors assisté par une équipe de vérification qui soumettra ensuite un rapport aux autres signataires conformément aux exigences énoncées dans les règles et procédures.

ACCORD DE DUBLIN


L’ ACCORD DE DUBLIN EST UN ACCORD INTERNATIONAL ÉTABLISSANT LA BASE DE FORMATION REQUISE POUR LES TECHNICIENS EN GÉNIE.

L’Accord de Dublin a été signé en mai 2002, par les signataires fondateurs représentant ; Canada, Royaume-Uni, République d’Irlande et Afrique du Sud. L’  accord a établi la reconnaissance mutuelle des qualifications qui sous-tendent l’octroi des titres de technicien en ingénierie.

Comme pour les autres accords, les  signataires se sont engagés à développer et à reconnaître les bonnes pratiques dans la formation en ingénierie. L’Accord de Dublin est spécifiquement  axé  sur la reconnaissance mutuelle des programmes universitaires/qualifications qui sous – tendent la base de formation des techniciens en ingénierie.

L’Accord reconnaît que la base de formation est une base clé pour la pratique en tant que technicien en génie, dans chacun des pays ou territoires couverts par l’Accord.

Il reconnaît l’importance des rôles que jouent les techniciens en ingénierie  dans le cadre d’une équipe d’ingénierie plus large. Même si le terme technicien en génie est utilisé  tout au long de la , il ne faut pas oublier que ces rôles sont souvent nommés différemment dans les juridictions spécifiques. Il comprend également des rôles tels que; technicien certifié ou professionnel , qui peuvent également être appelés  associés en ingénierie.

Actuellement, il y a neuf  signataires qui composent l’Accord de Dublin.

SIGNATAIRES


LES SIGNATAIRES ONT TOUS LES DROITS DE PARTICIPATION À L’ ACCORD

Les qualifications accréditées ou reconnues par d’autres signataires sont reconnues par chaque signataire comme étant substantiellement équivalentes aux qualifications accréditées ou reconnues dans sa propre juridiction.

COMMENT S’INSCRIRE


LES SIGNATAIRES SONT DES AUTORITÉS, DES AGENCES, DES ORGANES OU DES INSTITUTIONS. ILS DOIVENT ÊTRE INDÉPENDANTS DES ÉTABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES OFFRANT DES PROGRAMMES AGRÉÉS DANS LEUR JURIDICTION.

Les signataires doivent être  indépendants des établissements universitaires offrant des programmes accrédités ou reconnus dans leur juridiction. Ils doivent également être une autorité, une agence ou une institution représentative de la profession d’ingénieur qui a l’autorité légale ou reconnue d’agréer les programmes.Ils doivent être représentatifs de la profession d’ingénieur et avoir le pouvoir ou l’autorité statutaire d’agréer les programmes d’études universitaires.

Les candidats souhaitant devenir signataires doivent d’abord contacter le secrétariat.

Le secrétariat (sur présentation de la documentation préliminaire sur son système d’accréditation/reconnaissance ainsi que des frais appropriés) présentera la demande au Comité exécutif. Un service de mentorat est disponible si le candidat souhaite en faire usage. Alternativement, le comité exécutif peut désigner une équipe de deux ou trois signataires en tant que mentors pour aider le candidat à progresser vers le statut provisoire.

Les demandes d’admission doivent être accompagnées des candidatures de deux signataires pouvant attester que le candidat remplit les conditions requises pour le statut provisoire. Les détails du contenu requis dans une demande de statut de signataire provisoire sont fournis dans la section C des règles et procédures.

Un signataire provisoire est un organisme qui a démontré qu’il dispose d’un système d’  accréditation/reconnaissance conceptuellement similaire aux  signataires, ils n’ont aucun des droits ou devoirs des signataires. Les organisations qui détiennent des signataires provisoires sont censées œuvrer à l’atteinte de la reconnaissance en tant que signataire à part entière. Les organismes signataires à part entière sont actifs pour aider les signataires provisoires à atteindre cet objectif grâce à la fourniture d’un mentorat.

Le demandeur doit fournir des documents à l’appui de sa demande et se présenter devant une réunion de tous les signataires pour présenter sa demande de statut de signataire provisoire. L’approbation du statut provisoire doit être unanime.

L’adhésion provisoire dure généralement de 2 à 4 ans. Les membres provisoires doivent être soutenus par au moins un mentor pendant cette période. Lorsqu’il est considéré comme prêt, le demandeur peut alors demander le statut de signataire à part entière. Le processus d’évaluation du membre provisoire sera alors assisté par une équipe de vérification qui soumettra ensuite un rapport aux autres signataires conformément aux exigences énoncées dans les règles et procédures.

Looking for a First-Class Quality Accreditation Consultant?